Guide de la PAO

Dernière mise à jour : 23-07-2015

GUIDE DE LA PAO

Vos fichiers et L’IMPRESSION PARFAITE

Logiciels non acceptés : Powerpoint, Excel, Word, Publisher et logiciels bureautiques.



PRINCIPES FONDAMENTAUX

1. Privilégiez le format PDF.
C’est le meilleur moyen d’échanger avec les professionnels des arts graphiques, tout en gardant la maîtrise de vos travaux et des moyens que vous jugez bon de mettre en œuvre.
Utiliser le format PDF pour vos travaux d’imprimerie, c’est vous affranchir des problèmes de compatibilité entre applications ou entre systèmes d’exploitation, c’est profiter de sa compacité
pour vous faciliter les transferts par internet, c’est aussi assurer la portabilité de vos documents, les normaliser et les sécuriser.
Vous souhaitez en tirer pleinement partie ou vous manquez d’expérience, alors prenez contact avec l’un de nos opérateurs.


2. Respectez les standards de qualité habituels de la profession, comme la résolution des images, les fonds perdus, la sélection des couleurs (pas de Pantone® pour une impression quadri), ainsi que les contraintes produit.

3. Contrôlez vos PDF
par une relecture à l’écran (ou une impression), c’est une étape essentielle, mais n’oubliez pas d’afficher les surimpressions car c’est ainsi que le document sera imprimé (utilisez exclusivement Adobe Acrobat)


VISUELS IRRÉPROCHABLES :

BLOC IMAGE
Sur XPress ou InDesign, attribuez une couleur de fond aux blocs image. Nous vous conseillons le blanc. En ne laissant «aucune couleur» dans le bloc image, vos images risquent d’être imprimées avec des «trous» (une image sans fond se voit appliquer automatiquement une sorte de détourage des zones non blanches).

LES ORIGINAUX
Évitez autant que possible les originaux de type «document imprimé» ou «images web». Préférez des photos, diapositives, dessins, peintures ou originaux numériques.

RÉSOLUTION D’UNE IMAGE
Elle dépend de l’utilisation faite de l’image. Pour une impression, il est préférable de choisir une résolution comprise entre 200 et 400 pixels/pouce. Une résolution inférieure pourra faire apparaître du flou ou des artefacts. Une résolution trop importante est inutile (pas plus de 400 dpi pour les images couleur ou en niveau de gris et 1200 pour les images au trait).

MODE DE L’IMAGE
Vous pouvez travailler vos documents dans le mode colorimétrique de votre choix, mais il est impératif que le fichier d’impression soit converti en mode CMJN avant d’être enregistré. Le non-respect de cette consigne peut se solder par une image ternie ou sans rapport avec les couleurs originales. Nous ne bloquons pas les fichiers en RVB, couleur LAB, couleurs indexées ou en ton direct, nous les convertissons en quadrichromie. Cependant la conversion automatique dans notre flux peut générer des écarts ou occasionner une détérioration des visuels.

ENREGISTREMENT DE L’IMAGE
L’image doit être enregistrée en format EPS ou TIFF. Tout autre format et surtout toute compression d’image sont à éviter compte tenu des risques de perte de qualité ou d’incompatibilité. Néanmoins, l’utilisation d’images CMJN au format JPEG, en qualité maximale, donne des résultats satisfaisants.

TAUX D’AGRANDISSEMENT D’UNE IMAGE
Sur XPress ou InDesign, le taux d’agrandissement doit être proche de 100% si vos scans sont de bonne qualité.
Les taux conseillés doivent, en corrélation avec la résolution de l’image, être compris entre 75% et 130%.
En dessous de 75%, l’image occupera inutilement de l’espace disque. Au-dessus de 130%, l’image commencera à pixelliser.

MOIRAGE
Si vos visuels présentent un risque de moirage (les tissus ont par exemple tendance à moirer) et que vous souhaitez en vérifier l’aspect avant l’impression, voici quelques astuces
1. Exploitez ces visuels à 300 dpi pour une impression prévue en trame 150, à 350 dpi pour une trame 175 ou à 400 dpi pour une trame 200.
2. Travaillez à tel, sans jamais les réduire ou les agrandir dans la mise en page.
3. Contrôlez votre image dans Photoshop (de 25% à 50% de zoom). Si vos visuels ne semblent pas touchés par ce phénomène, la trame offset ne devrait pas entraîner de moirage inopportun au moment de l’impression, si par contre vos visuels moirent à l’écran, ce sera sans doute le cas lors de l'impression.


LA MISE EN PAGE

LES FONDS PERDUS
Dès lors qu’une image ou un bloc se situe au bord d’une page, il est indispensable de prévoir des fonds perdus. Le fond perdu consiste à faire déborder l’image ou le bloc en dehors de la page ( 2 mm minimum ), de façon à prévenir les imperfections de pli ou de coupe. Sans fond perdu, le risque de voir apparaître un liseré blanc entre l’image et le bord de page est très important. Cela vaut aussi pour les bendays (fonds de couleur). Dans InDesign ou Illustrator, vous pouvez aussi spécifier la dimension des bords perdus de la page à la création du document (ou dans le menu «Format de document»).
 
LA ZONE TRANQUILLE
C’est la marge intérieure de vos documents où vous éviterez de placer des textes ou des logos. Celle-ci est de 3 mm sur la plupart des produits.
 
LE CADRE
Si vous prévoyez un cadre autour de votre page, son épaisseur devra être au minimum de 4 mm (la précision de coupe des massicots n’étant pas absolue, cela limitera l’impact visuel du moindre décalage). Cette règle doit être absolument appliquée si vous choisissez de réaliser un cadre recto/verso.

LES FORMES DE DECOUPE
Concernant les disques de stationnement européens (disque bleu), vous pouvez exploiter les formes de découpe (gabarits) que nous mettons à votre disposition sur demande à la commande.
Si vous décidez de créer une forme de découpe originale, il conviendra de nous la soumettre pour en évaluer la faisabilité et le coût. Lors de votre commande vous pourrez fournir un fichier PDF pour l’impression, un autre pour la découpe et enfin un fichier de contrôle laissant apparaître la découpe sur votre visuel.

 
 
GESTION DES COULEURS
PREPARER L’IMPRESSION DES LA CONCEPTION


SOUTIEN DE NOIR
Pour vos aplats de noir la seule couleur Noir n’est pas suffisante (elle est plus proche d’un gris anthracite). Nous vous invitons à créer une couleur spécifique composée de 100% de Noir, 30%
de Cyan, 30% de Magenta et 30% de Jaune. Cette technique de soutien de noir mettra en valeur vos aplats noirs, en les rendant plus denses et plus profonds sans surencrage.
Le Noir pur (N100%) des objets vectoriels et des polices surimprime, alors qu’un noir riche (C30+M30+J30+N100 ou même C1+M0+J0+N100) se comporte comme une teinte classique et défonce les autres couches.
 
LA COULEUR BLEUE
Pour éviter d’obtenir un bleu trop violet, nous vous conseillons de respecter un écart de 30 % dans le benday, Cyan/Magenta.
 
LA COULEUR JAUNE
Si vous fabriquez votre jaune en mode RVB assurez vous que la valeur Bleue soit à 0. Lors de la conversion en quadrichromie le bleu va devenir du Cyan. À l’écran vous aurez l’impression que votre jaune n’a pas été altéré alors qu’en réalité l’impression révèlera qu’il s’agit d’un VERT. Il est déconseillé d’utiliser cette méthode avec les textes.
 
LE BENDAY
Lorsque vous composez une teinte quadri en aplat, il est préférable lorsque c’est possible de se contenter de 3 primaires sur 4 : vos teintes seront plus pures et plus faciles à reproduire. Enfin sur les aplats de demi-tons (fond beige par exemple), évitez les écarts inférieurs à 20% entre Cyan, Magenta et Jaune, la teinte sera plus uniforme et reproductible au fil du temps.
 
SURVEILLER LA CHARGE D'ENCRE
Afin d’éviter des problèmes de maculage lors de l’impression ou lors du façonnage, il convient d’être attentif à la charge d’encre. En matière d’impression offset feuille, il est recommandé de ne pas dépasser une charge d’encre de 300% pour un papier couché et de 280% pour tout autre papier.
 
ATTENTION A LA SURIMPRESSION
Il est indispensable de contrôler vos documents en affichant les surimpressions, cela vous permettra d’obtenir une vue réaliste de vos travaux avant impression. Avec certains logiciels, il arrive que la «surimpression» (comprenez transparence) soit attribuée involontairement à certains objets. Pour ne pas avoir de mauvaises surprises lors de l’impression, pensez à vérifier cette option et surtout à activer l’aperçu des surimpressions dans Acrobat ou dans vos logiciels de PAO.
Astuce : La couleur Noir 100% est systématiquement en surimpression, c’est normal. Les versions 7 à 9 d’XPress ainsi que toutes les applications Adobe sont en mesure d’afficher les surimpressions.
 
CALIBREZ VOTRE ÉCRAN
Il est possible de régler son écran pour approcher au mieux le rendu d’une image imprimée.
Préalablement, nous vous conseillons d’opter pour un écran qui reproduit fidèlement les couleurs (gamut IsoCoated) et de travailler avec un éclairage en lumière du jour (évitez aussi les éclairages directs).

La méthode professionnelle consiste à utiliser régulièrement une sonde de calibration (de 100 à 300 euros). La seconde méthode, plus empirique, consiste à régler manuellement le rendu de votre écran. Pour cela, utilisez les logiciels intégrés à votre système d’exploitation (si vous n’en possédez pas, il existe de nombreux logiciels open source à télécharger sur Internet).

Il est important de noter que même avec les meilleurs écrans (à partir de 400 euros), rien ne remplace une bonne expérience de la chaîne graphique. N’oubliez surtout pas le paramétrage de vos logiciels et la dimension papier dans le rendu de vos couleurs (coated, uncoated, yellowwish, etc.).


LES POLICES DE CARACTERES

N’utilisez pas les styles de police artificiels (gras, italique, etc.) dans votre logiciel de mise en page, mais préférez les polices Bold ou Oblique appropriées.

PRÉFÉREZ LA VECTORISATION DE VOS TEXTES :
En vectorisant vos textes, vous évitez tout problème d’interprétation de la police de caractères lors du «ripping», tout comme les problèmes d’incorporation de polices sous licence.
 
COMMENT GÉRER LE SYMBOLE EURO
Pour imprimer correctement l’Euro, votre ordinateur doit posséder les polices écran et imprimante d’une police euro (ex. : Eurofont). Il ne faut surtout pas taper le symbole e à partir de n’importe quelle police, il risquerait de disparaître lors de l’impression.

LES POLICES
Le corps minimum accepté sur une création est 4 pts, ou 7 pts si c’est du Light. Évitez le format Bitmap. Évitez les polices trop fines (type Light) si elles doivent être recouvertes d’un vernis (pas d’Extra-Light).
Si vous avez un doute, produisez un PDF «qualité imprimerie», il vous sera alors possible de contrôler l’apparence de vos textes tels qu’ils seront imprimés sur nos presses.
Si ce symbole est présent dans votre PDF «qualité imprimerie», il le sera aussi sur la feuille





Copyrights © 2015-2018 Imprimerie Novaprint  |  Mentions légales  |  Webmaster  |  admin
OK
Notre site internet utilise des cookies pour réaliser des statistiques de consultations anonymes.
En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'information sur l'usage des cookies, cliquez ici